top of page
VMtimbrée.JPG

Ma bibliographie vous attend iicii !

Et le portrait vidéo ? Il est l! !

Née en Bourgogne en 1970, j'ai grandi parmi les livres et les pinceaux. Petite-fille de céramiste, fille de deux professeurs de lettres, aquarelliste et chanteur amateurs, je me souviens de dimanches entiers passés en musique, à lire, dessiner, inventer des histoires illustrées...

Plus tard, l'écriture m'attire, mais m'intimide : comment trouver l'audace de prendre la parole après Vian, Camus, Ionesco, Zola, Maupassant, Flaubert... que je dévore ?

Je me contente d'échanger des dizaines de "lettres fleuves" - et de découvrir le Mail Art ! - avec mes amis ou des inconnus en quête de correspondante, en France, en Allemagne, en Turquie et plus loin, du Japon à la Nouvelle-Zélande. « Comment vivent les autres ? Qu'aiment-ils ? Que pensent-ils de la vie ? » voilà les grandes questions qui me poussent à écrire. Pour moi, Charles Perrault a tout faux : la curiosité n'est PAS un vilain défaut !

À 16 ans, je découvre, grâce à l'une de mes tantes, le bonheur de partir, de voyager, d'apercevoir le monde d'un autre point de vue... et contracte définitivement le virus de la bougeotte. Depuis ce premier grand voyage, il ne s'est plus passé une année sans que je traverse une ou plusieurs frontières, le sac au dos et les sens en éveil, toujours poussée par cette insatiable curiosité des autres.

À 18, je pars étudier l'histoire de l'art à Paris. Archéologue ? Restauratrice de tableaux ? Médiéviste ? Toutes les aventures me tentent ! Passionnée de philosophie et d'histoire des mentalités, je choisis de m'orienter vers la théorie plus que vers la pratique. Après quelques missions pour divers musées parisiens (Picasso et Monuments Français), j'entre comme assistante à la documentation du musée d'Orsay... tout en terminant ma maîtrise, consacrée au regard des artistes contemporains sur le vitrail médiéval.

Mais, diplôme en poche, je sens mes rêves d'enfant revenir me "titiller" l'imagination ! La pratique artistique, négligée le temps de mes études universitaires, manque à mon équilibre. Je reprends mes pinceaux et ma plume, travaille à différents projets d'albums et mets au monde un tout premier roman, que j'écris en quelques semaines, après avoir écouté, bouleversée, un reportage à la radio. À ma grande surprise, ces Lettres à une disparue trouvent un éditeur sans difficulté. De salons du livre en remises de prix, de questions de lecteurs en rencontres d'auteurs, d'éditeurs, d'illustrateurs, de metteurs en scène, la grande aventure littéraire commence !

Pendant trois ans, près de Lyon, je goûte au plaisir de vivre à la campagne et participe à l'écriture d'un roman collectif... très urbain (13, quai de la Pécheresse). J'enchaîne avec un premier album (Devinette) que j'illustre moi-même. De retour en Île-de-France, je publie mon deuxième roman Soliman le Pacifique (Journal d'un enfant dans l'Intifada), couronné par le Ministère de la Jeunesse - prix littéraire décerné sur manuscrit anonyme. Suivent de nouveaux albums, illustrés par les formidables talents de Muriel Kerba, Joanna Boillat, Marianne Barcilon, Éva Offredo, Isabelle Charly, Élise Mansot... et de très nombreux textes pour la presse jeunesse - chez Milan, Bayard et Fleurus.

En 2008, j'anime un atelier d'écriture de longue haleine au collège, autour d'un thème cher à mon cœur et à ma plume : la correspondance. En parallèle, je mène un grand projet d'échange épistolaire avec une classe de Kani-Kéli (Mayotte). Ces deux expériences formidables sont pour moi l'occasion de renouer avec le Mail Art, de concevoir une exposition de A à Z et de partir pour un « Lire en Fête » 100 % mahorais, à la rencontre de mes correspondants : un très grand moment d'émotion ! D'autres suivront, ailleurs dans l'Océan Indien - La Réunion, Maurice et Madagascar ! - ou en Cisjordanie, pour le beau projet Salaam Palestine !

Aujourd'hui, après plus de vingt ans de création passionnée, d'échanges, de rencontres et d'ateliers tous azimuts, je poursuis mon "petit bonhomme de chemin". Et mon credo est intact - écrire et dessiner un monde plus juste et plus beau, en jouant des couleurs et des mots, pour partager avec petits et grands, sans frontière d'aucune sorte, la seule richesse qui soit vraiment : celle des sentiments...

Très chère Véronique,

Rentrer chez nous a été très ardu

Encore tout émus de vous avoir connue

Sous le coup de notre échange de point de vue :

Ces Lettres à une disparue...

Hystériques nous étions, à l'idée de votre arrivée !

Et si tristes quand il a fallu nous séparer !

Reconnaître Melina en vous, durant cette journée,

Etait évident et plein de vérité.

Vous êtes en effet si timide et pudique

Et paradoxalement si ouverte au public

Rayonnante de votre sourire sincère :

On pouvait lire la franchise en vos yeux clairs.

Nul en sortant ne pouvait dire le contraire,

Insistant par ailleurs sur votre caractère

Qui prouve modestie et simplicité,

Unique en votre genre malgré votre renommée,

En faisant toute votre originalité !

Malheureusement, vous nous avez quittés

A notre grand regret, à l'heure où il fallait ;

S'il vous plaît, revenez !

Seule ou avec un nouveau bébé

Et surtout avec un autre roman

Ne nous oubliez pas pour autant

On tient à le dire : on vous adore !

Tous nous vous embrassons TRÈS FORT ! 

Pivoine.png

Portrait littéraire, en forme d'acrostiche, par les 4ème3 de Marsannay-la-Côte (21)

bottom of page